Le blogue d'impôts canadien d'ImpôtExpert

Le blogue d'impôts canadien et plus, avec notre expert-fiscaliste Gerry Vittoratos.



Vous passez vos hivers « dans le Sud »? Voici quelques conseils pour un séjour sans tracas

par UFile Team Équipe ImpôtExpert | déc. 27, 2016   Commentaires:

Snowbird season

Plus de 500 000 Canadiens possèdent des biens immobiliers en Floride.

Bien qu'impressionnant, ce nombre ne tient pas compte des Canadiens qui louent à long terme ou effectuent des visites régulières de courte durée dans le « Sunshine State » ou dans d'autres régions attrayantes du Sud des États-Unis.  

Selon Statistique Canada, les Canadiens ont passé un total cumulatif de 87 278 nuits en Floride, 17 225 nuits en Californie et 15 624 nuits en Arizona durant la seule année 2015! La migration vers le Sud pour échapper aux mois d'hiver froids et sombres du Canada, tendance particulièrement populaire chez les retraités, est un phénomène sur lequel les gouvernements canadien et américain se sont penchés afin de pouvoir concilier la répartition des prestations sociales et des obligations fiscales pour les Canadiens qui vivent à l'extérieur du pays pendant une longue période de temps.

Bien que vous ne devriez pas hésiter à vous munir de la protection solaire adéquate avant de vous envoler vers le Sud cet hiver, voici une mise à jour en ce qui a trait aux notions de base des voyages transfrontaliers, afin que vous puissiez voyager, séjourner et revenir au pays sans soucis, reposé au maximum ... et imposé au minimum!

Tenez rigoureusement le compte de vos jours passés à l'étranger

Compter les jours passés à l'extérieur du pays sera plus important, et peut-être plus facile, que jamais. Plus tôt cette année, le Canada et les États-Unis ont conjointement annoncé une initiative sur les entrées et les sorties. Cela signifie que les déplacements transfrontaliers seront surveillés avec plus de précision pour vérifier le mouvement des voyageurs. Bien que cette initiative n'ait pas été mise en place pour créer des retards à la frontière, le but de cette mesure est d'effectuer un suivi plus rigoureux de la durée du séjour des voyageurs à l'extérieur de leur pays d'origine.

Vous pouvez séjourner un maximum de 183 jours (environ 6 mois) sur une période de trois ans avant que l'IRS, l'administration fiscale américaine, vous considère comme résident des États-Unis - et, de ce fait, assujetti à l'impôt sur le revenu. Si vous avez déjà (et peut-être bien dépassé) ce nombre de jours, ne vous inquiétez pas! Voici comment le calcul fonctionne pour les retraités migrateurs (communément appelés « snowbirds » ) :

100 % de vos jours passés à l’ext. du pays dans l’année courante

 

 

+

33 % de vos jours passés à l’ext. du pays (1/3) dans l’année précédente

 

 

+

16 % de vos jours passés à l’ext. du pays (1/6) dans la seconde année précédente

 

 

=

 

 

Moins que 183 jours

Une législation proposée aux États-Unis a été introduite - mais pas encore adoptée - pour prolonger la limite du séjour à 240 jours pour les citoyens canadiens âgés de plus de 50 ans et leurs conjoints. Toutefois, avec l'incertitude qui entoure la loi régissant l'immigration aux États-Unis, il reste à voir si la proposition parviendra à prendre force de loi avant la date limite de production des déclarations de revenus à l'ARC, ce qui est peu probable.

Pour plus de renseignements concernant la règle des 183 jours, consultez le site Web de l'ARC ici.

Renseignez-vous sur les lois régissant votre régime provincial de soins de santé

Selon l'endroit où vous vivez, chaque province diffère en ce qui concerne la période de temps minimum durant laquelle vous devez résider au pays afin de pouvoir continuer à bénéficier de la couverture du régime d'assurance maladie provincial :

ImpôtExpert - Carte du Canada

Gardez vos papiers à portée de la main

L'Association canadienne des « snowbirds » vous suggère d'avoir en votre possession des copies des documents suivants au moment de traverser la frontière : un permis de conduire canadien, des relevés de cartes de crédit, des avis de cotisation d'impôt, des relevés bancaires et de placements, des documents de propriétaire d'habitation, un billet aller-retour, une police d'assurance voyage. Vous aurez besoin de certains de ces documents pour produire votre déclaration de revenus de 2016, alors vous serez déjà bien organisé!

Locataire ou propriétaire : est-ce vraiment important?

Pour les « snowbirds » propriétaires d'habitations, le plus pénible casse-tête consiste à devoir payer les taxes foncières et l'assurance habitation tout au long de l'année. Les primes d'assurance peuvent augmenter considérablement pour une maison que vous laissez vide pendant de longues périodes de temps. Vous pouvez louer votre maison pendant plusieurs mois chaque année, mais soyez prêt à payer de 10 % à 15 % de votre revenu locatif en frais à votre gestionnaire immobilier.

Pour les « snowbirds » locataires - une option de plus en plus attrayante pour les retraités à la recherche d'un séjour au soleil, alors que les lois transfrontalières se resserrent, que le dollar canadien s'affaiblit et que les frais d'habitation aux États-Unis augmentent - le fardeau à assumer est beaucoup moins important du point de vue des finances personnelles et du budget.

Faites une liste des commodités incluses dans votre location et de ce que vous pouvez apporter dans votre valise à l'avance afin de garder vos dépenses au minimum tout en profitant au maximum de votre séjour au soleil.

Laisser un commentaire