Le blogue d'impôts canadien d'ImpôtExpert

Le blogue d'impôts canadien et plus, avec notre expert-fiscaliste Gerry Vittoratos.



Gérer vos investissements en fin d’année

par UFile Team Équipe ImpôtExpert | déc. 18, 2019   Commentaires:

UFile Blog- Managing your investments at year end

 

C’est le temps des fêtes, une occasion de souligner l’année qui s’achève en compagnie de parents et amis. La saison des impôts nous semble peut-être encore loin, mais elle approche à grands pas. Un instant... la date limite de production est le 30 avril de l’année SUIVANTE, n’est-ce pas? Oui, en effet, mais consacrer un peu de temps à planifier vos investissements (actions, fonds communs de placement, FNB autres que dans un REER ou un CELI) durant les fêtes pourrait s’avérer payant lorsque vous produirez votre déclaration de revenus.

Conservez vos placements gagnants un peu plus longtemps

Vous avez épargné diligemment et investi de façon judicieuse. Félicitations! Vous avez ainsi cumulé des gains que vous souhaitez maintenant encaisser pour ces vacances dont vous rêvez. C'est le plus beau cadeau que vous puissiez vous offrir à l'occasion du temps des fêtes, et vous êtes donc prêt à vendre ces titres.  

Mais pourquoi ne pas bonifier davantage ce beau cadeau? Il suffit d'attendre à janvier pour vous défaire de ces investissements et encaisser vos gains. Vous pourrez ainsi reporter à l’année suivante l’impôt à payer sur les gains réalisés. Pensez-y : sur votre déclaration de revenus, vous devez indiquer le revenu gagné durant l’année civile visée et payer l’impôt applicable le 30 avril de l’année suivante au plus tard. Si vous vendez vos placements gagnants en décembre, vous devrez payer l’impôt dû sur vos gains dans les 4 mois suivants. Par contre, si vous attendez au mois de janvier, vous pourrez ainsi reporter pendant 16 mois l’impôt payable sur ces gains. Voilà une stratégie qui rapporte!

Vendez vos placements perdants sans plus tarder

Sur l'envers de la médaille, il y a vos perdants. Si vous détenez actuellement des investissements sous-performants que vous souhaitez néanmoins conserver, il existe une méthode éprouvée pour maximiser votre déclaration de revenus : il s’agit de la vente à perte à des fins fiscales. Par exemple, si vous avez vendu des titres gagnants durant l’année d’imposition, vous avez réalisé un gain en capital imposable qui doit être inclus dans votre revenu. Si vous vendez vos titres perdants maintenant, ceci entrainera une perte que vous pourrez appliquer à vos gains imposables afin de les réduire. Ce faisant, vous obtiendrez une baisse du revenu imposable et par le fait même, de l’impôt à payer. Si ce sont des placements que vous auriez préféré garder, n’oubliez pas qu’il sera possible de les racheter 30 jours après les avoir vendus. Il est important de respecter ce délai de 30 jours afin d'éviter la désignation de « perte apparente ». En effet, vous ne pouvez pas déclarer une perte en capital si vous-même ou une personne liée (conjoint/enfant) rachetez ces mêmes titres (vendus à perte) dans les 30 jours qui suivent la date de cette transaction.

En bref, voici comment s'exécute une vente à perte à des fins fiscales :


  • vendez vos placements perdants;
  • laissez passer une période d’au moins 30 jours;
  • rachetez ces mêmes titres;
  • utilisez les pertes en capital subies pour annuler ou réduire vos gains en capital sur votre déclaration de revenus.
  • répétez au besoin!

Utilisez vos placements perdants pour cotiser à votre REER/CELI

Comme nous venons de le voir, la vente à perte est un excellent moyen de réduire l’impôt dû. Mais saviez-vous que vous pouvez optimiser cette stratégie en rachetant ces mêmes titres au profit d’un REER ou d’un CELI? Le processus est identique à ce que nous avons abordé plus haut : vous vendez vos placements perdants, vous patientez durant 30 jours et vous les rachetez. La seule différence tient dans le fait que vous rachetez ces mêmes titres aux fins d’un REER ou d'un CELI. Ce faisant, vous optimisez votre déclaration de revenus de 3 façons :


  • la vente à perte à des fins fiscales entraine une perte en capital qui peut réduire vos gains en capital (voir plus haut);
  • le rachat des mêmes placements aux fins d’un REER vous permet de déduire une cotisation au REER sur votre déclaration de revenus, ce qui réduira votre revenu imposable et votre impôt à payer (pas de déduction pour un CELI);
  • le rachat de ces placements au profit d’un REER ou d’un CELI procure à vos gains futurs un abri contre l’imposition fiscale*.

*Dans le cas d’un REER, vous reportez l’impôt payable sur ces placements jusqu’au moment de retirer les fonds, durant la retraite. Dans le cas d’un CELI, vos gains sont exempts d’impôt.

Difficile d’imaginer un scénario plus avantageux!

Une telle approche est particulièrement bien avisée si vous ne disposez pas des fonds suffisants pour cotiser à votre REER ou votre CELI mais souhaitez quand même le faire à court terme (notamment durant les 60 premiers jours de l’année suivante pour un REER, avec déduction sur la déclaration de l'année précédente.)

Laisser un commentaire