Le blogue d'impôts canadien d'ImpôtExpert

Le blogue d'impôts canadien et plus, avec notre expert-fiscaliste Gerry Vittoratos.



Le cout réel des dépenses courantes

par UFile Team Équipe ImpôtExpert | mars 18, 2020   Commentaires:

Blogue ImpôtExpert - Dépenses courantes

En matière de gestion des finances personnelles, le principe de base consiste à savoir contrôler les dépenses de tous les jours. Nous avons tendance à évaluer ces dépenses strictement en termes de dollars et de cents mais, ce faisant, nous négligeons certains facteurs importants.

Les taxes sur les dépenses courantes 

Vous n’êtes pas sans savoir que lorsque vous achetez un produit de consommation, vous devez payer les taxes de vente applicables. Les taux varient d’une province à l’autre mais, dans certains cas, les taxes combinées peuvent s'élever à 15 %. Ça semble relativement peu, mais c’est une autre histoire lorsque le cout de vos achats atteint trois chiffres ou plus. Par exemple, si vous achetez un nouveau téléviseur au cout de 1 000 $, vous devrez payer 150 $ de plus dans certaines provinces au titre des taxes de vente applicables à cet achat. Ce n’est pas un montant négligeable.

Cela dit, certains des produits que nous achetons sont exempts de toute taxe de vente, et il est donc avantageux de savoir lesquels. Nous avons abordé ce sujet il y a quelque temps dans cet article.  

Vos dépenses courantes par rapport à votre temps

Quand on dépense de l’argent, on s’arrête rarement à penser au temps qu’il nous a fallu pour le gagner. En général, nous percevons nos dépenses strictement en fonction du montant d’argent que nous déboursons, mais combien d’heures de travail faut-il accumuler pour gagner cette somme?

Votre salaire correspond à un taux horaire que vous obtenez tout simplement en divisant vos gains hebdomadaires par le nombre d’heures travaillées chaque semaine. Le résultat vous donne une bonne idée du temps que vous passez à travailler pour gagner les fonds nécessaires à couvrir une dépense.  

Prenons l'exemple suivant : fervent amateur de hockey, vous décidez d’aller voir votre équipe favorite disputer un match. Au Canada, un billet de hockey coute entre 66 $ et 125 $ en moyenne. Si vous achetez aussi quelque chose à manger, on peut conclure sans exagérer que cette partie de hockey vous coutera environ 100 $ pour une durée de 2 à 3 heures. Comme le salaire horaire moyen est de presque 27 $ l'heure, il vous faudrait 3 heures et 45 minutes de travail pour vous payer un billet de hockey et une collation, ce qui représente pratiquement une demi-journée de travail. Est-ce que ça en vaut vraiment la peine? À vous d’en juger, mais la perspective « horaire » mérite qu’on s’y attarde : parallèlement à la somme d’argent déboursée, vous payez également en termes d’heures de travail.   

L'impact d'autres facteurs de temps sur le salaire horaire

L’hypothèse qui précède étant très élémentaire, elle omet de tenir compte d'autres facteurs de temps qui peuvent avoir un impact sur votre salaire horaire, comme la durée des déplacements entre la maison et le travail. La routine matinale et le temps passé à faire la navette constituent du temps consacré à l'emploi même s’il ne s’agit pas de temps durant lequel nous travaillons. Si vous y ajoutez vos heures de travail, vous obtenez votre salaire horaire réel, celui dont parle Vicki Robin dans son ouvrage pionnier, Your Money or Your Life (La bourse ou la vie).

Le salaire horaire moyen est basé sur une semaine de travail standard de 40 heures. Au Canada, le temps passé à faire la navette s’élève en moyenne à 24 minutes et une personne sur cinq affirme parcourir un trajet d’au moins une heure pour se rendre au travail. En supposant qu’il vous faut une heure pour vous préparer le matin, puis un total d’une heure de trajet par jour, votre salaire horaire est maintenant basé sur une semaine de 50 heures (ajout de 2 heures x 5 jours). Au lieu de gagner le taux moyen de 27 $ l’heure, votre salaire horaire tombe à 22 $ l’heure. Par conséquent, cette partie de hockey dont nous parlions plus haut correspond maintenant à 4 heures et demie de travail. Cela vous convient-il toujours, ou songez-vous plutôt à opter pour des divertissements moins onéreux?

Vicki Robin nous initie également au concept d’énergie de vie, soit le temps qui nous est alloué ici, sur terre. Il s'agit des heures de vie dont nous disposons. En travaillant, nous échangeons notre énergie de vie pour de l’argent; il faut donc procéder de façon aussi efficace que possible car notre temps est limité.

Vos impôts et votre temps

Puisqu’on parle de temps et de dépenses, saviez-vous qu’il faut presque 6 mois pour acquitter l’ensemble de vos obligations fiscales pour l’année? C’est ce que révèle un rapport de l’Institut Fraser, et ce en tenant compte de toutes les taxes que vous payez jour après jour, incluant l’impôt sur le revenu, les taxes de vente, les cotisations sociales, l’impôt foncier, les taxes liées aux véhicules à moteur (carburant, permis de conduire, carbone), etc. Pour la famille québécoise moyenne, la journée d’affranchissement de l'impôt a lieu le 21 juin. Autrement dit, vous ne cessez de « travailler » pour les différents paliers de gouvernement que dans la seconde moitié de l’année.  

Étant donné ce qui précède, notamment l’importance de tenir compte du temps lorsque nous dépensons de l’argent durement gagné, il est judicieux de réévaluer notre perception des dépenses courantes

Laisser un commentaire