Le blogue d'impôts canadien d'ImpôtExpert

Le blogue d'impôts canadien et plus, avec notre expert-fiscaliste Gerry Vittoratos.



Vos placements, les impôts et la pandémie : comment garder la tête froide quand les temps sont durs

par UFile Team Équipe ImpôtExpert | avr. 15, 2020   Commentaires:

ufile-blog-your-investments-and-the-pandemic

Vendre ou ne pas vendre en état de panique

Il est extrêmement troublant de voir le marché boursier dégringoler deux chiffres à la fois, jour après jour.

La sagesse populaire nous dicte que la meilleure chose à faire, c’est de vendre le plus rapidement possible afin de préserver nos investissements, mais est-ce vraiment l’option la plus judicieuse à long terme?

En parcourant les données relatives aux rendements historiques à long terme sur le marché boursier, on constate qu’il est avantageux de laisser passer la tempête. Une statistique intéressante révèle que pour la période de 1996 à 2016, si vous avez raté les 20 meilleurs jours de bourse (S&P 500), vos rendements annualisés ont chuté de 7,7 % à 1,6 %. Cette statistique inclut les rendements négatifs résultant de marchés baissiers comme l'effondrement des entreprises point-com et la grande récession. Il est franchement stupéfiant de voir à quel point les choses peuvent fluctuer en seulement quelques jours!

Ce que ces chiffres démontrent, c’est qu’on ne peut pas synchroniser le marché. Pour des rendements supérieurs, c’est la durée de votre participation qui est votre alliée, et non pas la détermination d’un moment propice.  

Rendements Annualisés

Source : Groupe Investors

Le but de cet article n’est pas de vous guider dans vos investissements. Il est impératif de consulter un conseiller financier agréé avant d’agir. Les statistiques ci-dessus devraient vous donner à réfléchir afin d'éviter de prendre des décisions hâtives concernant votre portefeuille.

Les conséquences fiscales d'une vente de panique

Les conséquences fiscales dépendent du véhicule d’investissement pour lequel vous avez opté. Si vos placements sont dans des comptes non enregistrés (c.-à-d. pas dans des REER/CELI), les pertes subies seront considérées comme des pertes en capital et, à ce titre, elles pourront être appliquées à tout gain en capital imposable réalisé dans l’année. À tout le moins, vos placements à perte seront donc déductibles sur votre déclaration de revenus.

Si vos placements sont dans un REER ou un CELI, vos pertes ne seront pas déductibles puisque les fonds placés dans ces comptes sont à l’abri de l’impôt (les CELI sont libres d’impôt et pour les REER, l’impôt est différé). Ces véhicules sont profitables en cas de gain, mais ils ne procurent aucun avantage fiscal en cas de perte.

Trop tard! Pris de panique, j'ai vendu à perte. Comment tirer le meilleur de ma situation fiscale?

Tout d’abord, si vous souhaitez tenter une nouvelle incursion sur le marché boursier et songez spécifiquement à réinvestir dans les mêmes sociétés dont vous avez vendu les parts placées dans un compte non enregistré, prenez garde à la possibilité d’une perte apparente. Pour éviter ce piège, vous (ou votre conjoint) devez laisser passer une période de 30 jours avant de racheter ces mêmes actions. Une fois les 30 jours écoulés, votre perte en capital pourra être appliquée à tout gain en capital imposable réalisé dans l’année.

Si vous n’avez pas de gain en capital imposable pour l’année, vos pertes peuvent être reportées aux trois années précédentes pour être déduites rétroactivement à condition, bien sûr, d’avoir affiché des gains en capital imposables au cours de ces années.

Une autre façon d’optimiser des placements perdants dans des comptes non enregistrés consiste à réinvestir les sommes récupérées dans un compte libre d’impôt comme un REER ou un CELI. Ceci vous permet d’utiliser les fonds pour effectuer une cotisation déductible d’impôt, comme dans un REER, ou de garder libre d’impôt tout gain futur tiré de ces fonds, comme dans un CELI. Nous avons discuté du processus détaillé permettant d’effectuer cette démarche dans un blogue ImpôtExpert récent.

Laisser un commentaire